La Révélation des Pyramides, épisode V

 

A 21 :16, Sylvie s’extasie sur les collections de contenants en pierre retrouvés sur les sites de pyramides égyptiennes, comme quoi ces petits vases sont beaucoup trop parfaits et qu’on ne sait pas expliquer leur fabrication :  « on m’a placé ce petit dessin magique sous le nez »

Aaah, le petit dessin magique :

dess.png

Ça s’appelle une reconstitution, mais appeler ça un « petit dessin magique », c’est bien commode pour le décrédibiliser, et là encore, d’induire que les égyptologues sont tous des escrocs qui dessinent des bites et des bonhommes-bâtons pour tout expliquer. Au-delà de la bêtise navrante de l’appellation, je serais tenté de rappeler la promesse de Sylvie faite il y a vingt minutes concernant l’enquête-totalement-sans-a-priori-ni-parti-pris, m’enfin on en est déjà plus là, hein.

Non, ce qui est intéressant, c’est le nouveau mensonge qui suit, quand elle avance qu’on a jamais essayé de reproduire ces objets avec ces techniques.

Ce qui est là encore totalement faux, et si Sylvie savait de quoi elle parlait, alors elle aurait eu connaissance d’un petit truc anodin qui s’appelle l’archéologie expérimentale et qui est une méthode très utilisée par les scientifiques –les vrais je veux dire- pour tenter comprendre à quoi sert un objet inconnu retrouvé au cours de fouilles archéologiques, ou pour reconstituer un procédé d’artisanat ou d’architecture.

Et en ce qui concerne ces vases de pierre donc, non seulement ça fait des décennies qu’on a essayé de les reproduire, mais on y est même parvenus depuis belle lurette !

vase8.jpg

Sans titre-1.jpg

Je ne vais pas vous faire un topo complet sur la question, il y a encore un himalaya d’imbécilités à débunker et l’article est déjà très long. Néanmoins, si le sujet vous intéresse, voilà de la lecture sur la question, ici et ici.

21 :45 « Savoir si ce vase contenait du miel ou du lait me paraît plus qu’anecdotique au regard de cette simple question ».

Et là, on touche à un véritable symptôme du problème de ce documentaire, c’est que Sylvie, Roger, Patrice Pouillard et tous les autres n’ont, de toute évidence, absolument aucune putain d’idée de ce que c’est que l’archéologie.

Parce que non Sylvie, savoir si ce vase contenait du miel ou du lait, ça n’est PAS anecdotique. En archéologie, tout est important, chaque information est précieuse et n’importe quel élément peut nous apprendre quelque chose sur notre passé commun, que ça soit une couronne en or massif ou un fragment de faïence de cuvette de toilettes gallo-romaine. Tu sais ce qu’on saurait de l’histoire de l’Humanité, si l’archéologie ne s’intéressait qu’aux monuments encore debout en 2017 et aux bijoux en or ? Absolument rien.

Vous allez me dire que ça n’est pas si grave que ça et qu’on ne peut pas tout savoir sur ce métier si on y est extérieur ? Bien sûr que oui, sauf que ces trois débiles profonds se répandent en réflexions de comptoir comme celle-ci, tout en abordant le sujet comme s’ils connaissaient le milieu de A à Z, alors que ce n’est visiblement pas le cas.

Ce genre de propos serait donc recevable venant d’une bande de camionneurs accoudés au comptoir d’un bistrot, mais pas venant de personnes qui font tout un documentaire sur la grande pyramide de Khéops en se targuant d’avoir effectué dix ans de recherches.

« Comment avait-on réalisé 40 000 pièces aussi parfaites alors que l’on sortait juste de la préhistoire »

rnf6.JPG

Je radote honteusement ici vu que j’ai déjà expliqué plus haut que c’est encore un affreux mensonge pour faire passer les anciens égyptiens pour des gorilles mal dégrossis ; mais non, en 2500 avant J.-.C, on ne sort pas « tout juste » de la Préhistoire. Ou alors c’est que ton « tout juste » fait approximativement 1500 ans, et ça c’est à condition de prendre le mot « préhistoire » au sens large vu que la fin de cette période s’appelle la Protohistoire et qu’à cette époque-là, la Guerre du Feu ce n’est déjà plus d’actualité depuis HUIT MILLE ANS au bas mot !

 Mais je ne vais pas demander à des mecs qui ont bossé dix ans sur leur sujet de savoir ce que c’est que le Néolithique ou le Mésolithique. Quoi qu’il en soit, s’extasier sur des vases « qui sont trop trop bien fait alors qu’ils savaient pas le faire mondieumondieu » à cette période c’est aussi stupide que de se dire « bon sang de bois, comment se fait-il que nous ayons déjà inventé les bagnoles et le moteur à réaction alors qu’on sort tout juste du Crétacé ! C’est qu’il y a de l’homme-poisson là-dessous où quoi ? »

 

22 :20 « Je me suis demandée comment ils comptaient le sortir et le transporter, mais je me suis abstenu de poser la question, de peur qu’on me montre encore un petit dessin »

Ou de peur, au contraire, qu’on t’explique que le transport fluvial ça existe et qu’en construisant un bateau spécialement étudié pour ça, oui on peut amener n’importe où l’obélisque en question:

bato.jpg

Youpiiii le petit dessin magique :3

D’ailleurs, c’est ce qu’on fait les Français quelques milliers d’années plus tard en construisant le Louxor, le navire conçu pour transporter jusqu’à Toulon l’obélisque qui trône aujourd’hui sur la place de la Concorde à Paris. Mais ne commencez pas à chipoter avec quelqu’un qui a bossé dix ans son enquête.

chargement-des-blocs-de-granit-dans-le-luxor.jpg

A 22 :48, Sylvie et ses potes enquêteurs en CDD continuent de déblatérer sur l’obélisque inachevé en « découvrant » les trous forés dans la roche sur le côté, en disant : « ces ouvertures sont des tunnels techniques, ils ont donc été faits avec ça »

 Sans titre.png

Je ne sais pas ce que Sylvie essaie de prétendre (enfin c’est une façon de parler évidemment, c’est la deuxième fois qu’ils raisonnent par l’absurde pour tenter de décrédibiliser l’outillage égyptien), mais je lui garantis que si elle prend une DeLorean pour remonter le temps jusqu’à l’Ancien Empire et montrer ce caillou à un carrier égyptien, il va lui tirer approximativement cette tronche-là.

Sérieux.jpg

C’est aussi stupide que d’exhiber un chalumeau et de pousser les hauts cris, « bon sang de bonsoir, mais comment ces ouvriers du XXe siècle ont-ils pu fabriquer des voitures avec ça ! »

L’outillage de l’artisanat de la pierre en Égypte antique, ça comprend des percuteurs en dolérite, des cales, des ciseaux, des traîneaux, des cordages, des maillets, des pilons, des polissoirs et des fils à plomb, et là je ne vous cite que ceux qui me viennent à l’esprit sans faire de recherche plus approfondie ! Mais c’est tellement plus commode de mentir par omission pour suggérer hypocritement que les égyptiens étaient incapables de tailler un obélisque !

 

La suite la semaine prochaine.

Rejoignez le Complot sur Facebook!

Ou même ici: @LeeSapeur

 

Bibliographie:

Morero E, Reconstitution expérimentale des techniques de forage de la pierre en Crète minoenne, ArchéOrient-Le Blog(Hypotheses.org), 25 septembre 2014.

Un article d’Irna sur la fabrication des vases en pierre. 

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s