La fournée de la semaine LII

« Je dis ça je dis rien mais quand ils font des maths en blouse blanche ça ressemble vachement à des invocations sataniques hein faut l’savoir »

5q4zdq4zd4q6z8d48.JPG

On retiendra essentiellement que les Egyptiens avaient le « pouvoir d’immortalité » et qu’ils en ont même pas fait profiter les copains:

iygtituyftuyfdryd.PNG

Jacky en pleine crise mystique:

qzd65464g4rg.JPG

(Oui, c’est à propos de LRDP)

 

BONUS: Encore moins de neurones que de cheveux sur le caillou:

 

drgdrgdrhthf684h867dr7468g47drg.JPG

2 réflexions au sujet de « La fournée de la semaine LII »

    1. Quand j’étais enfant et que j’ai vu Matrix pour la première fois, j’avais adoré l’idée (pas développée dans le film mais sous-entendu par son univers) qu’en fait, à chaque fois qu’un chercheur regarde dans un microscope ou un téléscope, ou interroge la réalité d’une autre manière, il y a un programme (donc la matrice) qui génère – juste pour ce chercheur – une simulation du comportement de la matière dans le monde réel. L’idée étant que quelle que soit la puissance de calcul de la Matrice, elle ne peut pas générer toutes les particules de la planète en temps réel, elle doit donc faire des concessions dans l’infiniment petit et l’infiniment grand, et ne calculer ces deux choses que devant les lentilles des microscopes et des lunettes astronomiques.

      Et donc, dans cette partie assez spéciale de la matrice, le pari que fait tout chercheur (expérimental) que son expérience, tout comme ses réplicats, seront représentatifs de ce qui se passe dans le reste de l’univers à propos du sujet qu’il étudie. Ce pari qui consiste à dire « mon échantillon statistiquement représentatif de l’océan c’est…100 mL dans un tube, à partir desquels je serais en droit de tirer des conclusions sur l’entièreté de l’eau de l’océan, par les lois de la logique et la force de mon protocole rigoureux » tout ce grand principe devient en fait une sorte d’enfantillage pour lequel la matrice concède poliment un supplément de calcul, afin de donner à chaque chercheur ce qu’il veut, comme des hochets à des enfants, et qu’il n’existe donc aucun atome en dehors des objets qui détectent les atomes, aucun photon en dehors des objets qui les captent, et ainsi de suite. Et la matrice attache intrinséquement aux objets modélisés qui permettent de détecter ces choses, le programme informatique qui simule lesdites choses, la machine se fabrique ainsi elle même sa réalité pour pouvoir la montrer aux humains qui l’utilisent dans la matrice.

      Voila ^^

      Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s