Bâtisseurs de l’Ancien Monde, épisode V

L’Égypte est un pays aussi magnifique que martyr. Outre les dix plaies que la tradition biblique fit tomber sur la tête des sujets de pharaon, il eut à subir tout au long de l’Histoire tout un cortège d’autres calamités : la désertification, les tempêtes de sables, les épidémies, la famine, les séismes, les invasions des Peuples de la Mer, des Hyksôs, des Perses, des Grecs, des Byzantins, des Arabes, des Rosbifs, les crises économiques, les guerres de religion…

Il en manquait une sur la liste, et c’est chose faite. Je l’affirme : la nouvelle plaie d’Égypte, c’est le défilé continuel des crétins qui s’autoproclament « chercheurs indépendants » pour insulter son histoire et sa culture, en se prenant pour des prophètes incompris par-dessus le marché.

ÉPISODE V

Un beau matin, voici donc la fine équipe de champions qui descendent de l’avion à l’aéroport du Caire, c’est-a-dire Pouillard et ses laquais de l’équipe technique de BAM, toujours accompagnés d’Érik Gonthier, qui en ce qui le concerne, est toujours plus ou moins là de toutes façons.

Le trajet depuis l’Inde prend une dizaine d’heures, mais c’est à peine assez pour qu’ils se remettent des émotions causées par les stupéfiantes découvertes inattendues, mirobolantes et je dirais même épatantes, qu’ils ont fait en filmant une cave mal éclairée pendant une grosse demi-heure : les Anciens Bâtisseurs® savaient tailler et polir la pierre, même les plus résistantes !

Erik2

Ils se victimisent donc bien à fond en se plaignant que la plupart des scientifiques refusent d’être associés à leur bouse, c’est vrai qu’on se demande vraiment d’où vient ce refus, vu ce qu’ils font dire à tous leurs intervenants de LRDP !

46 :00 « Mais comme moi, il voulait comprendre. Ni lui ni moi n’avions d’hypothèses ; je déroulait les faits en suivant une intuition que j’essayais de valider par la raison, pendant que lui faisait ses relevés et ses mesures »

Ce qui signifie en français : « Mais comme moi, Erik voulait justifier son idée préconçue. Du coup, comme ni lui ni moi n’avons rien de plus concret que des photos moches et des mesures à la con totalement sorties de leur contexte, je fut prise d’un impérieux besoin d’en faire des caisses avec des phrases à rallonge comportant un maximum de mots du champ lexical de la recherche, pour bien  faire semblant de bosser vis-à-vis des couillons qui nous ont payé nos vacances au soleil. »

Mais pour ne pas attaquer le plat de résistance tout de suite, ils filent à Saqqarah. C’est une nécropole de l’antiquité égyptienne située dans la banlieue de l’ex-capitale, Memphis ; mais c’est à moins de vingt kilomètres du plateau de Gizeh. Elle nous présente sommairement le site en récitant sa fiche : le site qu’ils visitent, c’est le Sérapéum de Saqqarah, une nécropole un peu particulière qui a servi à l’inhumation des taureaux sacrés élevés dans le cadre du culte d’Apis.

Pour vous résumer ça sommairement ; a moins de vivre dans une grotte vous n’êtes pas sans connaître, même vaguement, la passion que vouaient les anciens égyptiens à certains animaux, qui faisaient l’objet d’un traitement particulier, étant considérés comme les incarnations physiques de l’esprit du divin sur la Terre.

2,3.JPG

Les chats évidemment, qu’on associait à Bastet, le babouin et l’Ibis pour Thot, les chacals (non, désolé mais je ne dirais pas chacaux, qu’est-ce que vous croyez, que je suis aussi prévisible ?! Mais sympa ta robe) pour le dieu de la mort Anubis, le faucon pour Horus, la vache pour la déesse Hathor, le bélier pour Amon, etc., etc.

Tous des animaux côtoyés dés les premiers temps du néolithique égyptien par les premières populations sédentarisées dans la vallée du Nil, et comme toujours, la religion naît en se référençant au quotidien.

Bref: à Memphis, dont Saqqarah est proche, se trouvait le principal temple dédié à Apis, un dieu-taureau symbolisant la fertilité et la puissance physique. Il avait la particularité de « s’incarner » sur la Terre sous la forme d’un taureau noir que les prêtres égyptiens choisissaient avant d’en faire une véritable idole vivante: l’animal était ensuite emmené jusqu’au temple et, pendant vingt-cinq années, adoré et chouchouté comme une véritable diva, suite à quoi il était mis à mort.

Sous le règne d’Amenhotep III, au Nouvel Empire (XVIIIe dynastie, -1400/-1350 environ avant J.-C.), une réforme importante des cultes de la région memphite est entreprise, et son fils Thoutmôsis, qui était grand-prêtre de Ptah, a terminé les travaux entrepris sous le règne de son père en son nom  et créé cette nécropole; où les taureaux en question étaient inhumés.

Tête colossale de Thoutmosis, British Museum.

C’est l’archéologue français Auguste Mariette qui mit au jour le site en 1851. Il avait déjà été pillé, mais heureusement pas en totalité: sur les 19 sépultures de taureaux, plusieurs ont été découvertes intactes. Je n’ai pas la place de vous faire un historique détaillé du site mais ce qu’il faut savoir, c’est qu’à partir d’une certaine date, les taureaux sacrés ont été inhumés non plus dans des sarcophages de bois, mais dans des sarcophages en granit! Et comme tout ce qui est en pierre a tendance à attirer l’équipe de BAM comme des mouches à stupidités, ils vont donc répéter leur comédie devant un de ces grands coffres:

46:30 « Le granit employé provient d’une des carrières d’Assouan, à près de 900 km au sud de Saqqarah qui se trouve à environ 7 km du Nil, distance sur laquelle il a fallu transporter ces 22 coffres »

HYPETRAIN.jpg

Si vous êtes un(e) habitué(e) du site, vous avez probablement déjà lu pourquoi ce genre de phrases à l’emporte-pièce est idiot, vu qu’il ne vise qu’à sous-entendre hypocritement que les Égyptiens disposaient de machines pour soulever d’aussi lourdes charges sur de telles distances; un travail certes épuisant mais qui n’a plus rien d’impossible dès qu’on envisage l’hypothèse du transport fluvial! Mais mettons ça de côté provisoirement, parce qu’ils vont y revenir après pour s’enfoncer encore plus. Passons.

2.JPG

Comment, c’est une autre question. Avant ça, je crois qu’on vient de voir surgir sans crier gare le premier mensonge de la séquence !

Des coffres à bœufs qui pèsent 40 à 80 tonnes ? Ça sort d’où, cette estimation ?

Évidemment pas d’une publication scientifique vous vous en doutez. Alors, quoi ? Si on cherche un peu sur internet, on tombe sur le même genre d’estimation hasardeuse, sur le site de… Antoine Gigal.

Vous connaissez Antoine Gigal ? Accrochez-vous.

C’est une « auteur français, chercheuse et exploratrice, fondatrice de « Giza for Humanity », ainsi que de l’organisation « International Women Explorers » (IWE) » dixit son propre site, c’est-à-dire une autre tête pensante du milieu des pyramidiots.

A part hanter vos cauchemars avec une version féminine du Joker sous LSD :

46157925_10156831994123501_4044517041321803776_n.jpg

… c’est surtout une « chercheuse indépendante » qui adooore se faire cirer les pompes par sa communauté et qui se prend pour une « exploratrice » et une « chercheuse », ce qu’elle n’est évidemment pas vu que comme, ses congénères, elle n’a strictement aucune qualification en matière d’égyptologie, comme on s’en doute.

J’en ferais un portrait un jour quand j’aurais le temps, mais pour vous donner une idée du bestiau, elle a fait parler d’elle l’année dernière avec une pseudo-révélation de sites archéologiques « remontant à plusieurs dizaines de milliers d’années », avec tout l’orchestre qui va avec (publications ronflantes, articles enflammés, directs Facebook, etc.), ce que tout le milieu des crétins amateurs d’atlantes extraterrestres s’est empressés d’interpréter comme une preuve de civilisations d’anciens bâtisseurs, alors qu’il ne s’agissait que d’une vidéo en arabe (et évidemment, aucun de ces imbéciles ne parlaient arabe) où un intervenant égyptien relatait la découverte d’un site archéologique remontant à… la préhistoire égyptienne. Oui, tout simplement.

BREF. En l’occurrence, Gigal avance elle aussi cette estimation :

80tonnes.JPG

… sauf qu’on ne sait pas du tout sur quoi elle se base pour dire ça, pas plus que BAM. Elle non plus n’a pas la moindre idée de ce que signifie le mot bibliographie, et sur le web autant franco qu’anglophone, on ne trouve que des blogs de touristes ou de pyramidiots (ou les deux) qui se refilent les mêmes chiffres bidons. Certains vont même jusqu’à 100 tonnes (pourquoi pas, hein).

Notez, en soi c’est parfaitement possible : ces sarcophages peuvent peser ce poids-là. Ce qui me pose problème à moi, c’est qu’ils font cette assertion sans jamais la justifier, ni la prouver. Ils auraient du mal à le faire d’ailleurs vu que ces sarcophages de granit n’ont visiblement jamais été pesés ; la seule source scientifique qu’on peut trouver à ce sujet vient d’Auguste Mariette lui-même, qui dit dans son rapport adressé à Napoléon III que « le plus petit d’entre eux ne pèse pas moins de soixante-cinq mille kilogrammes », ce qui reste là aussi une estimation basée sur allez savoir quoi. Il existe bien une méthode pour estimer le poids de la pierre, mais ça reste une estimation et en plus, sa précision a tendance à faire de la chute libre avec un objet aux proportions trop grandes.

Mais soit, même si elle reste à prendre avec des guillemets, on va l’appliquer au pied de la lettre. Et la première difficulté, c’est de trouver des données ; parce qu’on trouve difficilement les mesures de ces 24 sarcophages de granit ; qui n’ont pas tous les mêmes dimensions.

Pour cette expérience, ma première idée était de partir du texte d’Auguste Mariette, malgré l’imprécision de ses mesures qui sont faites en pieds ; sauf qu’il ne précise pas de mesure de hauteur de ces coffres. Il a donc fallu trouver plus précis.

Donc, on va changer de tactique et prendre les pyramidiots au mot, en faisant ce calcul avec leurs mesures (oui, parce que pour ça comme pour le reste, leur « méthodologie » ne consiste qu’à se refiler d’un site à l’autre systématiquement les mêmes chiffres). En fouinant un peu, je tombe sur un site qui s’appelle « The Serapeum at Saqqara ; Atlantean Technological Device ??? » (vous avez le droit de ricaner), et qui donne des mesures relativement précises d’un de ces coffres, soi-disant issues d’un addendum des notes prises par Mariette : 3,85 mètres de long, 2,32 mètres de haut, et 2,32 mètres de large pour les dimensions extérieures ; et 3,17 mètres de long, 1,73 mètres de haut et 1,46 mètres de largeur pour l’intérieur.

Sachant qu’on calcule un volume en faisant longueur X largeur X hauteur, ça donne 20,7 mètres cube pour l’extérieur et 8 pour l’intérieur, soit 12,7 mètres cube de roche, et je vais arrondir à 13 parce que je suis un généreux.

Sachant que la densité du granit tourne autour de 2700 kilos au m3, ça donne… 35 100 kilos pour le coffre, c’est-à-dire un poil plus de 35 tonnes et environ 22 pour le couvercle !

DONC, même en supposant que les Égyptiens étaient complètement cons et qu’ils aient voulu transporter les deux pièces en même temps alors que ça complique absurdement le boulot, ça n’atteint même pas les 60 tonnes au total ! Alors j’aimerais bien savoir dans quel univers vous rajoutez 20 tonnes supplémentaires tranquillou billou, voire plus comme certains de vos confrères qui en ajoutent 40 ?

Donc, il y a ce problème de poids qu’ils inventent, et un autre de raisonnement ! Qu’est-ce qui vous fait dire que le « surfaçage » était fait sous terre ? Cette nécropole comporte 24 caveaux, et vous, vous décrétez que les coffres étaient terminés sous terre au mépris de la plus élémentaire logique de travail, juste parce que vous en avez vu un qui n’est pas achevé ?

DSC04823.jpg

Pardon mais ce raccourci n’a aucun sens ! Tout ce que ce coffre prouve, c’est que celui-là a été amené ici inachevé et qu’il n’a pas été terminé, et rien d’autre ! Là aussi vous prenez vos désirs pour des réalités pour justifier l’idée de départ que vous aviez, et conforter l’effet de mystère !

46:47 « Pour la fabrication, c’est plusieurs, plusieurs années il faut, je sais pas, peut-être quatre, six ans au moins pour terminer ça »

Et ?! Ils en manquaient, du temps ? Il est où, le problème?

Je pinaille mais c’était déjà le problème de LRDP, et c’est encore celui de BAM: cette immondice intellectuelle est construite sur deux couches: il y a d’abord, dans ces films, les mensonges assumés, comme par exemple quand Sylvie affirme sans se démonter que les Égyptiens ne bossaient qu’en tapant des cailloux l’un sur l’autre comme des Australopithèques en pagnes; et sous cette première couche de bobards, il y en a systématiquement une autre, plus insidieuse, plus hypocrite et faite pour embobiner en loucedé tous ceux qui n’y seront pas attentif, absorbés par le montage rapide du film: c’est ce genre d’observations.

Il y en a dans toutes les séquences; et c’est souvent Erik Gonthier qui les fait. Quand ils font une mesure et qu’ils s’extasient sur le résultat alors que ça ne veut rien dire, ou qu’ils s’exclament « Oh là là, ils devaient bosser pendant des années sinon SPAPOSSIBLE!! » face à la caméra. Ca n’est pas la narratrice qui parle mais les intervenants, ça ne l’engage donc pas, elle, directement; mais ça induit implicitement dans l’esprit du spectateur que ce qu’on leur montre est réellement incroyable/impossible/etc, et donc que ça légitime leur hypothèse complètement stupide d’anciens bâtisseurs!

Et le plus fort avec cette technique d’escroc, c’est que ça se passe totalement du moindre contexte! Ici par exemple, on assène à nouveau cette fausse idée d’une réalisation fantastique ayant nécessité l’intervention de machines aliens (les fameuses!); alors que ça se base sur du vent! « Quatre, six ans au moins pour terminer ça » ?? Mais, ET ALORS?

Il est où le problème, même si ça en prenait dix? Vous imaginez bien que les prêtres n’attendaient pas que le bestiau soit canné pour commander son sarcophage! Il était fait à l’avance, comme c’était la coutume pour les humains d’ailleurs; surtout que le sarcophage n’est même pas le plus gros problème, parce qu’il faut aussi faire excaver son tombeau et le décorer, ce qui prend au moins autant de temps!

Dans la société égyptienne où la mort était vécue comme une étape de la vie et rien de moins, la sépulture était préparée longtemps à l’avance! Pour les personnes royales et en particulier le pharaon, elle était même commencée dés le jour de son intronisation. C’est probablement ce qui se passait aussi avec les taureaux Apis, d’autant que les moyens ne manquaient pas non plus au clergé pour faire faire les travaux. D’ailleurs, c’est le pouvoir grandissant des temples égyptiens, nourri par les dons de terres de pharaon,  qui ont mené à plusieurs reprises l’Égypte à une décentralisation forcée et une diminution de l’autorité royale. Mais je digresse: non, le délai du chantier n’a rien à voir!

« Absolument magnifique […] on peut pas comme à Barabar par exemple, on n’a pas cette planéité parfaite »

Ah bah ça tombe bien, parce qu’à Barabar justement la planéité n’est PAS parfaite !

47:29 « pourquoi une fois de plus un tel degré de précision dans des coffres destinée à recueillir des bœufs, même sacrés »

Mais on s’en fout, des bœufs ! Ca pourrait être des humains ou de la volaille, on s’en cogne ! A partir du moment où c’est considéré comme sacré, oui ça vaut la peine d’y consacrer du temps et des moyens ! Et encore une fois c’est un jugement totalement gratuit qui se base sur la négation encore plus gratuite de toute spiritualité chez les Égyptiens !

Le plus absurde dans l’affaire, c’est qu’ils vont ériger ce genre de questionnement en « faits » et en « preuves », alors que ça sort de nulle part en plus d’être idiot ! Vous avez une idée de ce que ça donnerait si on appliquait le même raisonnement à tout ce qui est considéré comme sacré dans toutes les civilisations du monde ?!

spiritualitage.jpg

« Comment ont-ils travaillé sous terre, comment ont-ils eu assez de lumière pour réaliser de telles folies, avec quels outils et comment ont-ils respiré ? Ces questions étaient-elles traitées dans les publications égyptologiques ? Si oui je suis plus que curieuse de les connaître»

Si tu ne les lis pas ma grande, c’est sûr que c’est un dossier qui ne risque pas d’avancer ! Mais soit, prenons le taureau (bwahaha) par les cornes, on va causer outillage.

Avant ça, soulignons que la narratrice en rajoute un maximum point de vue des questions stupides, pour appuyer autant que possible sur l’accélérateur du mystère-o-tron de BAM ! « Comment ont-ils eu assez de lumière», « comment ont-ils respiré » ?!

On parle d’un souterrain là, pas d’aller sur la Lune ! C’est complètement con comme questions, les caveaux souterrains ne sont certes pas bien ventilés mais on y respire très bien, personne n’a besoin d’un scaphandre pour s’y balader ! Idem pour la question de l’éclairage d’ailleurs, qui n’en est pas une vu qu’on connaît très bien les moyens utilisés par les Égyptiens pour s’éclairer !

Et puis merde, mais pourquoi vous partez directement du principe que les mecs ont amené un gigantesque bloc de granit sous terre et n’ont commencé à bosser dessus qu’après, alors que la solution la plus évidente c’est de fabriquer le sarcophage dehors et de le descendre dans le caveau une fois terminé ?!

ingénieurs.jpg

Et si c’est si difficile de respirer, pourquoi vous ne portez pas de masques du coup ?!

47:48  « car voici le genre d’outils qu’on exhibe lorsqu’on parle des techniques de taille de pierre de l’Égypte ancienne »

4.JPG

… ou plutôt quand on parle de la taille de la pierre dans l’Egypte ancienne et qu’on résume ça à un caillou parce qu’on dégouline de mauvaise foi ! Mais ça, c’est pas neuf, ce mensonge était déjà répété toutes les cinq minutes dans LRDP ! Alors je vais le répéter moi aussi, et rien à foutre si je radote : NON, les outils des artisans égyptiens ne consistent pas en un unique caillou, c’est un MENSONGE.

Et ce n’est pas en le rabâchant une cinquantième fois à ton public de mous du bulbe que ça deviendra la vérité par magie ! L’outillage égyptien est très bien connu au contraire, et il comprend des dizaines d’instruments variés pour tous types de travaux, et ce dès l’Ancien Empire :

Un cordeau provenant du site de Deir-El-Bahari !

Une règle, une équerre et un niveau qui proviennent de la tombe de Senedjem à Deir-El-Medineh !

chisel.jpg

Ca, c’est un ciseau de bronze découvert à Meïdoum !

Ça, c’est la reproduction d’une peinture murale de la tombe d’un certain Rekhmirê, dans la région de Thèbes, sur laquelle les Égyptiens eux-mêmes se sont montrés en train de travailler la pierre !

arnold10.jpg

Là encore, une pointe et un ciseau de Deir-El-Bahari !

Ca :

…c’est une hache trouvée dans la tombe de Mêktiré, et ça :

ce sont des percuteurs en dolérite trouvés sur le site de la pyramide d’Amenemhat I !

Ça, c’est le dessin d’un traîneau de transport de pierre trouvé dans le complexe pyramidal de Sésostris III à Dachour !

Bref, comme vous pouvez le vérifier ici par exemple, la documentation sur le sujet ne manque pas du tout et l’on connaît très bien leurs outils et leur méthodes !

Et d’ailleurs je me demande bien pourquoi je me donne autant de mal pour vous en montrer les preuves. Parce que quand on y réfléchit, avec l’hypocrisie qui les caractérise, quel est l’argument dans cette phrase ?

« Voici le genre d’outils qu’on exhibe lorsqu’on parle des techniques de taille »

… ET ? Qu’est-ce que ce sous-entendu merdeux est censé signifier ? Ça ne tient pas debout, c’est ça ? Ça ne vous convainc pas ? Admettons, sauf que pour qu’on vous prenne au sérieux au lieu de vous désigner comme candidats à la roche tarpéienne, ça exigerait que vous ARGUMENTIEZ !

Qu’est-ce qui vous permet de dire que ces outils ne peuvent pas servir à tailler la pierre ?

A ça, comme au reste, BAM se contente d’un silence aussi condescendant que suffisant, mais complètement creux. Comme toujours, absolument rien de concret ne vient jamais étayer ces suppositions à deux balles, qu’ils balancent au spectateur comme un singe jouerait avec ses crottes.

La réalité qui leur fait mal au cul, c’est que ces outils, si primitifs qu’ils semblent, suffisent très bien pour réaliser ces merveilles d’artisanat. On a par exemple retrouvé des traces de sciage de la pierre sur les gradins de calcaire du mastaba de Chepseskaf (IVe dynastie) :

Comme quoi, pas besoin de scie au plutonium de l’an 3000 ! Ou encore ceci, une reproduction d’un bas-relief tiré d’une sépulture, montrant la fabrication d’un de ces immenses vases de pierre :

Mais bon, préférons donc  l’hypothèse de nos vaillants chercheurs de sachoyage, forcément la bonne puisqu’elle n’est pas celle du Complot™ et de la Science Officielle® :

gneuuuhcaillou.jpg

Pourtant si vous vous étiez donné la peine d’aller au musée du Caire, pourtant situé juste à côté, vous auriez pu voir les outils en question qui y sont conservés :

Mais faut croire que vous étiez trop occupé à réciter vos conneries au milieu des touristes ?!

Poursuivons. Oh tiens, Christopher Dunn et son expertise en carton !

chrissdun.JPG

Vous allez voir qu’en matière de débilités, en fait il s’échauffait en parlant de la planéité des cailloux de Puma Punku!

« Quand on considère l’ancienne Égypte et qu’on suit cette civilisation sur une période de 3000 ans, on nous affirme qu’ils utilisaient des outils très simples au début de leur civilisation comme des burins de cuivre, des maillets de bois, burins de pierre et marteaux en pierre, et si vous suivez l’évolution de cette civilisation sur 3000 ans vous vous apercevrez qu’à la fin ils utilisent encore les mêmes outils qu’au début. Ça n’a aucun sens ! »

QUOI ?! Mais c’est ton raisonnement qui n’a aucun sens ! Et surtout c’est totalement subjectif ! Déjà, qu’est-ce que ça signifie, « des outils très simples » ? Vous avez fait une échelle de simplicité des outils ? Elle fonctionne comment, elle se base sur quoi ? Et si on retrouve deux outils identiques à deux périodes différentes de l’histoire égyptienne, tout ce que ça prouve c’est que l’outil fonctionne ! Ça ne traduit absolument pas un immobilisme dans leur savoir-faire ni du point de vue de leur niveau technologique général !

Et pour mémoire, on a utilisé quasiment les mêmes outils de l’Antiquité jusqu’au début de la Révolution Industrielle !

Tiens, tu vois ces outils trop primitifs, monsieur j’ai-les-fils-qui-pendent-à-l’intérieur ? Beaucoup trop basiques et « simples » pour avoir bâti des pyramides avec, hein ?

Eh ben perdu, ce sont des outils de carriers anglais de Bradford, dans le Yorkshire, et qu’on utilisait encore au milieu du XIXe siècle ! Alors ça sort d’où cette évolution totalement supposée et obligatoire de l’outillage ?

48:36 « Christopher Dunn porte un regard d’ingénieur sur ce qu’il observe ; peu importe les techniques la pensée est rigoureusement la même à travers les âges. Surtout face aux réalisations complexes de l’ancienne Egypte, forcément les outils évoluent. On passe d’une pierre seule à une pierre attachée sur un support, puis petit à petit l’outil se perfectionne, mais malgré les chefs-d’œuvre réalisés, pour une raison inconnue, ça ne se serait pas passé comme ça »

3208207379944fad796627c2cb05be03--fangirl-memes.jpg

Rââââh, mais c’est quoi ce manichéisme à deux balles ! Je ne sais même pas par quel bout prendre cette stupidité tellement c’est un gloubi-boulga foireux d’assertions et de mensonges amalgamés !

Alors primo, je le répète : Chris Dunn porte un regard d’ingénieur, vous le dites-vous-même ! Donc on se passe de ses avis sur l’outillage égyptien à travers les âges, un sujet sur lequel il prouve qu’il n’y connaît rien à chaque fois qu’il l’ouvre ! Deuzio, oui les outils et les méthodes évoluent à travers les âges, sauf que vous, vous décrétez qu’elles n’évoluent pas assez vite à votre goût !

Vous savez combien de temps ça a pris pour que nos lointains ancêtres passent de la pierre taillée à la pierre polie?! Des dizaines de milliers d’années !

Tout au long de l’Histoire de l’humanité, les outils et les procédés se perfectionnent avec le savoir-faire des artisans, ils voyagent, ils évoluent, ils progressent, mais ça dépend d’une infinité de facteurs ! Par exemple, je vous ai montré plus haut une image d’un gradin de mastaba sur lequel on a relevé des traces de sciage de la pierre, vous avez suivi ? Bon. Ça date de la IVe dynastie égyptienne (pas longtemps après le règne de Khéops), c’est-à-dire jusqu’à -2450 avant J.-C. Eh bien 2700 ans après ça, non seulement on sait toujours scier la pierre, mais on a perfectionné le procédé :

Je sais que j’ai déjà cité ce site comme exemple plusieurs fois, mais force est de reconnaître qu’on trouve difficilement mieux en matière d’artisanat de la pierre pour débunker ces mensonges écœurants ! C’est donc la scierie de Hiérapolis, datée du IIIe siècle après J.-C., qui utilise un système qu’on a retrouvé encore en Suisse et en Turquie, et qui permettait d’utiliser une roue à eau pour alimenter une machine pouvant scier la pierre à une échelle que l’on qualifierai aujourd’hui d’industrielle !

Et évidemment, toujours rien de technologiquement avancé là-dedans, ça n’est « que » une merveille d’ingéniosité et de savoir-faire ! Mais ça, c’est même pas envisageable pour vous et l’Himalaya de connerie qui vous caractérise ?!

Tout ce que ces outils égyptiens prouvent, et qui vous reste visiblement en travers de la gorge, c’est qu’avec des gens qui savent ce qu’ils font, on parvient à édifier des monuments gigantesques !

Allez, on va visiter le temple de Louxor !

5.JPG

Et c’est donc une rengaine sur le visage de Ramsès II, très précis, millimétrique, « ce qui ne s’explique pas », accompagné de la répétition du même mensonge déjà débunké plus haut sur l’outillage, jugé arbitrairement « trop primitif ».

Là encore c’est faux ! Non seulement pour les outils mais encore plus pour ce visage sculpté. Ils disent qu’il est symétrique et gnégnégné, sauf que ce mensonge, ils nous le jetaient déjà au visage dans LRDP (souvenez-vous, le coup de « l’analyse photogrammétrique » faite sur Photofiltre). Pas de bol, quand on vérifie, on s’aperçoit que ça aussi, c’est un énorme mensonge :

…des différences qui ne se voient pas à l’œil nu, mais toujours est-il que ce visage n’est pas du tout symétrique contrairement à ce qu’ils disent.

« Il traque les outils depuis vingt ans »

Oui, ET ? Ça veut dire quoi ce sous-entendu, sous prétexte qu’il y a passé du temps, c’est automatiquement réfléchi et véridique ? Pardon de péter vos délires, mais avoir soixante balais dont quarante de vos recherches de chercheurs de sachoir, ça ne vous dédouane absolument pas de débiter des conneries, et j’en veux pour preuve ce que doivent supporter mes oreilles depuis près d’une heure !

« Nécessairement plus élaborés compte tenu de leur production »

Hop-là, toujours le même baratin mensonger ! Et toujours sans le justifier ni le prouver, ils décrètent que cette production nécessite obligatoirement des outils « plus élaborés ». Si vous trouvez ce que ça signifie et où ces crétins mettent le curseur, écrivez-moi.

Gizeh.JPG

Et nous voilà revenus à Gizeh !

« Chaque bloc du mur d’enceinte pèse entre 200 et 400 tonnes. C’est totalement surréaliste, tellement que personne n’a cherché à expliquer comment il avait bien pu faire »

Surréaliste en quoi ? On sait comment les Égyptiens procédaient pour transporter des charges qui étaient beaucoup plus lourdes que ça, alors qu’est-ce que ça a de surréaliste pour des pierres qui n’en font même pas la moitié, tu veux bien le dire ?

Non attendez, mieux : d’où ça sort, cette nouvelle assertion sur le poids des pierres ? Non parce qu’à moins que nos champions de la mythomanie n’aient accès à une montagne d’informations et d’expertises cachées qu’ils nous aient dissimulés juste pour la blague, les seules et uniques estimations que l’on ait pour le poids de ces pierres de parements, dépassent rarement les 100 tonnes (Siliotti, Alberto, Zahi Hawass, 1997), avec une seule exception estimée pouvant atteindre les 400 ! Et là, vous, vous en rajoutez entre 100 et 300 sans trembler des genoux, et en généralisant à tout le site ?

Difficile d’y voir autre chose que cette propension systématique à gonfler les chiffres dans tous les sens pour entretenir l’effet de mystère !

50:36 « Je n’ai jamais lu ni entendu des explications sérieuses concernant la construction de ce temple comme si empiler des blocs de 200 à 400 tonnes et est un jeu d’enfant »

Évidemment, personne n’a jamais dit que c’était un jeu d’enfant, mais entre le jeu d’enfant et les douze travaux d’Hercule, il y a comme qui dirait un JUSTE MILIEU ! Et là encore, ça prouve que tu fais l’autruche en te plaignant de l’absence d’explications que tu n’as jamais cherchée, sinon tu serais tombée sur des trucs comme ça qui montrent qu’empiler des blocs aussi pesants reste faisable !

50:48  « Renseignez-vous sur le transport de charges aussi lourdes et vous verrez que la question, comme à Sacsayhuamán est loin d’avoir été résolue »

EH BEN VOILA ! Parmi les tonnes de mensonges, de sophismes et d’erreurs que ces bouffons ont déféqué par la bouche en deux films, il y avait UN grand classique du milieu qu’on n’avait pas encore eu le malheur d’entendre, le plus célèbre, le fameux, l’incontournable, le sensationnel :

faitesvospropresrecherches.jpg

Et puis quoi encore, tu ne voudrais pas qu’on te trouve carrément des preuves de vos Anciens Bâtisseurs™, histoire d’aller droit au but ?!

Mais puisqu’on en parle, je vais vous montrer, moi, que la question du transport de charges lourdes est, au contraire, déjà bien avancée :

gnééélemysteeere.jpg

50:57  « mais ce n’est pas le  seul point commun entre ces sites anciens, qui n’ont selon notre histoire absolument rien de commun, à part celui d’avoir été bâti par des gens très très peu vêtus»

CRINGE (2).jpg

C’est… un genre de blague, ça ? Ou vous vous étonnez réellement que sous les latitudes chaudes, les gens ne se baladent pas avec trois anoraks sur le dos ?!

Enfin, on s’en fout : vous êtes toujours incapables de prouver le moindre lien entre ces sites, il est là le réel problème. Donc jusqu’à preuve du contraire, non, aucun rapport n’existe entre eux.

51:21 « Il y a environ 4500 ans aurait été bâtie la grande pyramide de Gizeh si on se fie à l’adaptation de l’égyptologie »

Et on s’y fie jusqu’à preuve du contraire, ce qui a autant de chances d’arriver que vous d’avoir plus de trois neurones d’alignés ! Ils appuient bien lourdement là-dessus, mais puisqu’on parle à nouveau de ça, alors on ne se privera pas de rappeler que la pyramide a déjà été datée, comme on peut le lire ici ou encore (parce que contrairement à ce qu’ils affirment, on sait dater la pierre et aussi le mortier qu’elle contient), et que toutes les analyses ont confirmé le même résultat : elle date bien de l’Ancien Empire.

51:24 « car aucun texte ne décrit sa construction »

Sauf que premièrement, depuis peu ce genre de truc est faux étant donné de la découverte des papyrus de la Mer Rouge qui témoignent d’une partie du processus de construction, et deuxièmement je l’ai déjà dit, écrit et répété vingt fois au moins sur ce putain de site mais :

L’ARCHÉOLOGIE NE TRAVAILLE PAS SUR LES TEXTES MAIS SUR LES VESTIGES MATÉRIELS§§§§

Le même mensonge que LRDP, encore une fois.

« …et pas davantage celle de la pyramide médiane ni de Khephren ou de la petite, dite de Mykérinos, en fait pas exactement : les fragments de papyrus daté de la fin de la IVe dynastie découvert en 2013 feraient état du transport de blocs de calcaire de Tourah, celui utilisé pour les revêtements de la grande pyramide, mais rien sur le reste c’est à dire sur les plus de 2 millions de blocs de calcaire provenant d’autres carrières qui la composent »

Non seulement vous transpirez d’une mauvaise foi (« Merer n’y a pas non plus écrit la liste des noms des tailleurs de pierre qui bossaient sur le sarcophage, DONC CA VAUT RIEN OKER§§§ ») vraiment écœurante faute de contre-arguments (ça, on a l’habitude) ; mais en plus on sait très bien d’où viennent les blocs de calcaire, qui ne sont toujours pas au nombre de « plus de deux millions » d’ailleurs, qui constituent le reste de la pyramide !

On connaît l’origine des autres blocs, à savoir les carrières qui sont situées à quelques centaines de mètres seulement des pyramides ! D’ailleurs vous auriez même pu aller les filmer, mais ça vous ferait trop mal au cul d’être honnêtes au moins une fois dans vos vies, putain de menteurs ?!

Mais c’est pas fini : quel est la logique derrière cette façon de faire, si on part sur cette idée ? Les égyptiens seraient donc arrivés un jour au pied d’une pyramide pas terminée, et se sont contentés de la recouvrir d’un parement juste pour faire joli ?! C’est complètement con !

« Sa construction reste à ce jour une énigme »

Re-mensonge ! Parce que tout n’est certes pas élucidé dans cette histoire, comme la présence d’une grande cavité à l’étage, mais cette foutue pyramide n’est pas une énigme ! On sait qui l’a bâtie, quand on l’a bâtie, on connaît tout le complexe funéraire au sein duquel elle s’insérait, on a des traces littéralement PARTOUT de sa construction entre les outils, le village des artisans, les marques de carriers, la carrière, le port et compagnie, on a des cartouches et depuis peu on a même un témoignage d’époque écrit ! Et j’en oublie.

C’est pas franchement ce qu’on appelle une « énigme », ou alors il va falloir revoir votre définition ! Là encore, c’est de la grosse exagération pourrie biberonnée au mensonge par omission pour justifier votre bronzage !

12.JPG

Et c’est qui est tout bonnement formidable, c’est qu’ils admettent visiblement, et c’est pas dommage, que la pyramide est bâtie sur un socle rocheux laissé tel quel pour que sa masse économise celle des pierres à apporter, mais qu’ils persistent quand même dans leur erreur en continuant de vous agiter sous le nez ce chiffre idiot de 2 500 000 BLOCS OKAY§, qui je le rappelle ne se base sur rien d’autre que la multiplication du nombre de blocs sur chaque côté, et ainsi de suite jusqu’au sommet ! Je vais finir par croire qu’ils aiment se faire traiter de menteurs !

53:10 « on spécule beaucoup sur la manière d’obtenir une telle précision avec les outils rudimentaires qu’on accorde aux égyptiens si toutefois ce sont bien eux les bâtisseurs de ce site »

… eeet tu restes incapable de prouver le contraire, là aussi! Oui, parce que ce « si », c’est pas un petit « si » ! N’importe quel chercheur au monde s’étranglerai de honte à l’idée d’avancer une débilité pareille sans le justifier, mais évidemment, avec vous on a passé un cap ! Quoi qu’il en soit, répétons la parenthèse emmerdante : Sylvie, tu reste incapable de prouver que les Égyptiens n’ont pas bâti ce site et que vos Anciens Bâtisseurs ® existent, donc c’est faux.

2caa106906a472bdfafa745549c4c325

< Ma… jefe ? Ils parlent encore d’outils rudimentaires, vous ne relevez pas ?

Qu’est-ce que tu veux que je relève là-dedans ? C’est exactement le même mensonge que tout à l’heure, ça doit être la troisième fois en dix minutes et je ne sais même pas la combientième depuis le début du film. Reportez-vous à plus haut, je ne vais pas faire de copier/collé tous les trente centimètres de texte, c’est déjà assez long comme ça !

53:30 « Il manque aujourd’hui les blocs de parement de la pyramide réalisé dans le calcaire de Tourah, blocs qui se sont écroulés suite un violent tremblement de terre au 14e siècle et qu’on aperçoit encore sur le sommet de la pyramide »

Oh le beau raccourci foireux ! Il y a bien eu un séisme au XIVe siècle, sauf que la pyramide ne s’est absolument pas écroulée !

Le Delta de l’Égypte ayant eu la mauvaise idée de se mettre au bord de la plaque africaine, il se trouve que le pays est régulièrement affecté par des séismes particulièrement violents, qui ont détruit plusieurs fois les villes proches. Il y en a eu plusieurs, et celui dont il parle est celui de 1303, dont l’épicentre était en Crête mais dont les conséquences ont été si violentes que la ville du Caire a été en grande partie détruite. Mais il y en a eu d’autres avant celui-là!

Et qu’est-ce qui se passe quand vous avez une cité entière à reconstruire et que vous n’avez pas d’argent pour commander les milliers de blocs de pierre nécessaires à sa reconstruction ? Eh bien, on réutilise ce qu’il y a sur place, comme à tout hasaaaaaaaaard la gigantesque pyramide qui surplombe toute la région ?!

C’est pour ça que la pyramide de Khéops a perdu son parement, et pas à cause du séisme ! Les cairotes l’ont démonté pour réutiliser les blocs au fur et à mesure des différents besoins en pierre successifs aux catastrophes, blocs qui se retrouvent donc encore de nos jours dans les murailles médiévales de la ville ou dans les murs de la grande mosquée !

53:47 « elle a été orientée avec une stupéfiante précision sur le nord géographique, avec une erreur de seulement cinq centièmes de degrés, précision qu’on mettra des millénaires à atteindre avec nos instruments modernes »

Bordel mais ARRÊTEZ de vous prendre comme le stade ultime de l’accomplissement du genre humain !

Vos instruments modernes ne font que simplifier et accélérer des opérations qui étaient DEJA faisable du temps de nos lointains ancêtres, ET C’EST TOUT !

Ça aussi je l’ai déjà dit, mais le B-A-BA de la recherche historique c’est de ne jamais considérer les choses de son petit point de vue du XXIe siècle, parce que ça n’a aucun sens et que ça fausse tout ! C’est complètement stupide, tu te sentirais capable d’allumer ta clope sans allumette et sans briquet, bougre de gourdasse ?!

zippo.jpg

 « Comment ont-ils fait,  personne ne le sait »

Et vlan, encore un mensonge ! C’est totalement faux, on le sait parfaitement bien. C’est une méthode qui ne nécessite aucun appareil contemporain, et un poil plus lente, mais qui marche fort bien. Elle est décrite dans cette vidéo (à partir de 6 :10).

54:45 « Comment peut-on affirmer ça avec certitude ? Parce que dans le cas contraire, au 9e siècle les hommes du calife Al’Mamûn n’auraient pas creusé un long tunnel dans le corps de la grande pyramide, quelques mètres au-dessous de la véritable entrée, ce qui montre bien que cette entrée n’était toujours pas visible à cette époque. Alors soit ils étaient bien renseignés, soit ils ont eu beaucoup de chance car le tunnel est creusée sur la bonne face et aboutit précisément à la jonction des couloirs montant et descendant on »

Ou alors tout simplement que les dégradations et l’enlèvement des blocs de parement avaient montré aux locaux l’entrée de la pyramide ! Mais ça, ça ne vous vient même pas à l’esprit ? Quand vous oubliez vos clés dans votre voiture, vous préférez casser une vitre pour débloquer la porte, ou désosser toute la porte au chalumeau ?!

57:37 « cette structure interne défie la logique. On passe d’un couloir d’environ un mètre sur un mètre à une salle de 8 mètres cinquante de haut pour 50 mètres de long, dont la fonction si elle en a une restent totalement inconnues »

Encore faux ! Si les architectes de Khéops n’ont évidemment pas laissé de mode d’emploi, on a au contraire des idées sur la fonction de cette grande galerie, qui n’a rien d’illogique et EVIDEMMENT, elle en a une, de fonction !

Une des hypothèses avancées, c’est qu’elle aurait pu servir de rampe pour amener les blocs servant à la surélévation du plafond de la chambre du roi !

Chambre haute : « c’est le seul endroit de la pyramide où on trouve toujours du granit d’Assouan à 900 km de Gizeh »

Zou, on ne se prive pas de répéter une nouvelle-fois ce sous-entendu merdeux de la distance de 900 kilomètres, toujours pour renforcer le mystère qu’ils brodent de toute pièce.

« Mais parlons de ce que nous apprend l’égyptologie : »

vieprivée.JPG

Non mais je rêve ?!

D2VuD_RW0AAMvuD.png

Est-ce que vous êtes sérieusement en train d’illustrer « ce que nous apprends l’égyptologie » avec un livre d’histoire pour les ENFANTS ?!?

Je ne sais pas si c’est une vanne mal dissimulée ou si vous êtes sérieux (et franchement je ne parierai pas sur la première option), mais ce qu’ils vous montrent à l’écran, c’est une photo de « La Vie Privée des Hommes », une collection de bouquins d’Histoire à destination des enfants de 9 à 13 ans !

QUEL PUTAIN DE RAPPORT AVEC L’ÉGYPTOLOGIE ?!

Il y a des milliers de publications, de conférences, d’articles, de livres sur le sujet de l’égyptologie ! C’est aussi débile que d’illustrer un documentaire sur le tour de France avec Oui-Oui fait du vélo !

« On aurait employé environ 15000 personnes »

QUE DALLE.

Le nombre d’ouvriers ayant travaillé au chantier de la pyramide de Khéops, on ne le connaît pas. Les estimations varient et elles sont nombreuses, ça va de quelques milliers à quelques dizaines de milliers ! Ce  n’est évidemment pas Hérodote qui nous le précisera ; on ne peut que faire des estimations à la méga-louche en prenant en compte certaines données comme la superficie connue du village des ouvriers dont on a fouillé les vestiges, et en sachant que le boulot ne devait pas être ininterrompu puisque pendant une partie de l’année, il fallait laisser la main-d’œuvre retourner aux champs.

« Pendant une vingtaine d’années « 

Vlan, encore faux ! C’est un mensonge aussi, cette durée ne sort QUE de la bouche Hérodote. Hérodote qui, je le répète à nouveau, n’est arrivé en Égypte que des milliers d’années après et n’a obtenu ses infos que de la bouche de prêtres égyptiens du coin, lesquels n’étaient pas plus renseignés que lui ! Là encore, sur cette question les estimations ont tendance à varier, mais ça se comprend généralement entre vingt et trente ans. Ce qui ne pose pas de problèmes de délais particulier, à moins de s’appeler Pouillard, d’être un gros con d’escroc sensationnaliste et de ne faire bosser qu’un seul mec sur vingt mille à la fois, pour justifier ce calcul débile d’un bloc-toutes-les-deux-minutes-trente, que je m’attends à voir surgir d’un instant à l’autre comme la Dame Blanche !!

Et contrairement à ce qu’on entend de leur bouche, le décès du pharaon ne change rien à l’affaire ! Si le roi décède avant la fin du chantier, il est inhumé ailleurs en attendant et transporté dans sa vraie tombe une fois les travaux terminés !

« Pour bâtir la grande pyramide on ne sait rien des outils »

Énième mensonge ! C’est faux, on les connaît très bien justement, et je vais devoir renvoyer une deuxième fois le lecteur plus haut.

« Et on spécule sur les méthodes »

Ah tiens, pour une fois c’est un peu moins con que le reste.

2caa106906a472bdfafa745549c4c325

< Ma… vous… voulez dire qu’ils arrêtent de mentir pour dire un truc vrai, jefe ?

Rêve pas non plus Sergio, on est toujours dans notre réalité. Non, ça reste une réflexion bien débile, mais si on la prend au pied de la lettre, elle est vraie : en l’absence de traces plus tangibles de certaines phases du chantier, il est vrai de dire que l’on suppose beaucoup sur les méthodes employées. Celle qui fait le plus débat par exemple, c’est l’utilisation d’une rampe. Comme vous pouvez en voir quelques-unes ici :

On suppose l’emploi d’une rampe, progressivement surélevée, afin d’acheminer jusqu’aux derniers étages de la pyramide les blocs de calcaire. Une rampe unique et rectiligne, ou plusieurs plus petites, ou une rampe faisant le tour de l’édifice ? Il y a beaucoup d’hypothèses plus ou moins valables.

On a aussi supposé l’utilisation de grues pour soulever certaines pierres : comme vous pouvez le voir ci-dessous, d’autres peuples de l’Antiquité en ont utilisé aussi et ça n’a rien de bien sorcier. Mais, ça reste une possibilité qui n’est pas attestée à l’heure actuelle. Même Vitruve en parle !

Grue médiévale.

Reconstitution d’une grue antique.

Mais ne rêvez pas, c’est le genre de trucs qui passent visiblement à des années-lumière au-dessus de leurs crânes vides (sinon, ils l’auraient précisé à priori), ils s’en foutent éperdument : dans ce contexte, « on spécule sur les méthodes » ça veut dire « on sait rien, ONAPADPREUV et ‘pis dabor VOILA ».

Sauf que pour la recherche archéologique à Gizeh, cette spéculation ne concerne pas tout (on a des preuves tangibles, par exemple, de la méthode de transport utilisée pour acheminer les pierres sur le chantier) ; et que les points qui sont encore flous font l’objet de théories qui s’appuient sur du concret ! Pas comme eux qui supposent l’existence d’aliens bâtisseurs de pyramides parce qu’ils ont cru voir la mesure du mètre dans un pyramidion reconstitué à l’arrache avec du plâtre !

 « On n’en sait pas davantage sur la gestion complexe d’un tel chantier, les nourrir les faire dormir les soigner car les ouvriers ne portaient ni gants ni chaussures de sécurité » 

Mensonge, à nouveau ! Là aussi c’est FAUX, on connaît le village des artisans justement !

 Il a été fouillé de nombreuses fois, il est encore étudié aujourd’hui et ce qu’on a pu en retirer nous permet d’apprendre plein de choses sur l’organisation de la vie sur le chantier.

A part ça je souligne ici que Sylvie fait des pieds et des mains pour trouver n’importe quel point sur lequel broder du mystère, probablement pour combler le vide, et ce même si ça n’a plus aucun rapport avec l’architecture de la pyramide de Khéops ! Qu’est-ce que les  normes de sécurité sur les chantiers égyptiens viennent foutre ici ?!

hiéroglyphes.jpg

 « Cet immense travail aurait été accomplie pour servir de cénotaphe au roi Kheops »

Encore faux ! Ce n’est qu’UNE des théories (celles qu’on prend au sérieux, pas celles de BAM) parmi toutes celles que des chercheurs ont avancé sur le sujet. C’est Gilles Dormion qui l’a formulée : cette pyramide pourrait avoir été un cénotaphe (Dormion 1987), sauf qu’il rejette lui-même cette hypothèse, arguant que dans ce cas-là les multiples couloirs et chambres funéraires ne servent strictement à rien, tout comme les barques funéraires ensevelies sur le plateau.

C’est le problème : elle pourrait avoir été un peu tout et rien concernant la dépouille de pharaon. L’horizon de Khéops pourrait avoir été un simple cénotaphe et le roi avoir été enterré ailleurs ; mais il a pu aussi être réellement inhumé à l’intérieur, sauf que l’édifice a été pillé tellement vite et il y a si longtemps qu’on ne retrouve plus grand-chose susceptible de nous aider !

Et la structure intérieure de la pyramide laisse perplexe quand à la répartition de ses fonctions funéraires, car comme je l’ai rappelé dans cet article, tout porte à croire que les plans ont été changés deux fois au cours du chantier, et si c’est le cas, on ignore pourquoi.

Et il y a encore la possibilité que, pour une raison qu’on ignore, ces chambres internes aient été toutes abandonnées et que la dépouille du pharaon soit encore quelque part dans la pyramide, comme dans cette cavité interne que l’on a décelé !

59:37 « Aucune inscription nulle part, aucune statue gigantesque aucune signature »

Bordel, mais j’en ai mal à la langue à force de répéter MENSONGE§§§ à tous les paragraphes !

C’est FAUUUUX bon sang, c’est complètement faux ! Non seulement le cartouche du roi (et d’autres) se retrouvent dans la pyramide mais il est tout à fait normal qu’on n’y retrouve pas de statue ni de bas-relief parce que, à la Ive dynastie, AUCUN ROI NE FAIT DÉCORER son tombeau bon sang ! Là encore vous prenez vos putains d’images d’Épinal comme une réalité ! Et vous osez vous proclamer « chercheurs » !? C’est un foutu miracle qu’on ne vous tire pas dessus à vue le jour de l’ouverture de la chasse !

Les textes des pyramides et les peintures murales qui dépeignent les actions du roi et des diverses personnes enterrées dans le tombeau, sont une innovation qui n’arrive que bien après Khéops ! Avant ça, il n’y a jamais rien, le défunt est systématiquement inhumé dans sa demeure d’éternité avec son mobilier funéraire et basta ! C’est le pharaon Ounas, de la Ve dynastie, 300 ans après Khéops, qui fixe le schéma du complexe funéraire royal à l’Ancien Empire, avec un tombeau séparé entre le monde des vivants et celui des morts, et qui fait décorer le caveau avec des textes et des figures relatant ses accomplissements et l’ensemble de la mythologie thanatologique égyptienne ! (Grimal, 1988)

Avant ça, les pyramides sont vierges ! Leur forme est une évolution du mastaba « primitif » dans lequel le défunt retrouvait la masse de terre primordiale à partir de laquelle les dieux fabriquèrent le monde ; et la pyramide symbolise autant la pétrification des rayons du soleil qu’un escalier symbolique à partir duquel l’âme de pharaon va rejoindre le panthéon égyptien.

 «  À ce jour il ne nous reste de ce roi mégalomane qu’une petite statuette de 7 cm de haut et le témoignage parfois délirant d’Hérodote, plus de 2000 ans »

Non seulement taxer Khéops de mégalomanie est gratuit en plus d’être ultra subjectif (mais ce n’est pas la première fois qu’ils montrent ne rien connaître au fonctionnement de la royauté en Égypte), mais tu devrais t’estimer heureuse, parce que beaucoup d’autres rois de l’ancienne Égypte ne nous ont absolument rien laissé ! Ça n’a donc rien d’un cas particulier, ça aurait tendance a être la norme, même ! Et c’est faux en plus, parce que comme je l’ai dit plus haut, on a des cartouches gravés à son nom, les restes de sa barque solaire et de son temple, et des témoignages écrits, comme ceux de Merer et de Manéthon! Ça et la montagne de vestiges archéologiques accumulés, mais comme elle les nie gratuitement, c’est sûr qu’en jouant l’autruche les parenthèses emmerdantes sont difficiles à voir !

4790831.jpg

« Après sur lequel repose en grande partie les thèses de l’égyptologie »

Totalement faux, Hérodote n’a rien à voir là-dedans !

Et je répéterai ça autant de fois que ça sera nécessaire, parce que ce mensonge écœurant me sort par les yeux : l’égyptologie ne se base PAS sur les textes d’Hérodote !

L’égyptologie, c’est une branche de l’archéologie qui se base sur les vestiges matériels pour étudier la civilisation égyptienne ! Ça se base sur le résultat des fouilles archéologies, et pas sur UN bouquin écrit par un Grec en vacances !

Ça a l’air « totalement impossible » 59 :57 au regard de l’exemple qui va suivre :

« Comparons ce qui est comparable. Voici l’entrée du temple de Karnak »

karnak.JPG

Hein ?! Mais ça n’a aucun sens ! Vous comparez un temple dont la construction s’étale en plusieurs phases successives avec la pyramide de Khéops ? Selon quelle échelle ? Quels critères ? On parle de quoi là, de son étendue ? De sa superficie ? De ses matériaux ?  Et comment on mesure les délais sachant que le temple de Karnak a été fondé sous Sésostris au Moyen-Empire et qu’il n’a pas arrêté d’être rénové, agrandi et modifié pendant les 2000 ans qui ont suivi ? MAIS ARRÊTEZ DE ZAPPER TOUTES LES DIX SECONDES ET EXPLIQUEZ VOTRE DÉMARCHE !

01:00 « Voici l’entrée du temple de Karnak, qui mesure environ 110 mètres de long sur 40 mètres de haut pour 15 mètres de large, et qui aurait nécessité dix-sept ans pour sa construction : dix ans pour son socle et 7 pour le reste, ce qui aurait été accomplie bien plus tardivement que la grande pyramide »

Alors primo, d’où ça sort, cette durée ? Tout ce qu’on sait c’est que le temple a été fondé à la XVIIIe dynastie, et rien d’autre ! Là encore, vous inventez totalement ce que vous avancez !

Et ensuite, mettons que ça soit vrai, qu’est-ce que ça change ? Ce qui est plus récent doit obligatoirement être construit plus vite ? C’est complètement con, la cathédrale Notre-Dame de Cambrai a pris plus de 300 ans pour être achevée !

Alors comment on explique ça, du coup ? L’histoire ni l’architecture ne fonctionnent pas comme ça, et en fonction de quoi ça fonctionnerait selon votre logique merdique ?

« Mais retournons à Puma Punku »

NOPE. Si tu permets, je vais aller me détendre les nerfs en tapant des gens au hasard dans la rue ! Ça suffit pour cette fois !

Rejoignez le Complot sur Facebook!

Ou même ici: @LeeSapeur

COMPTEUR :

 

Sophismes : 13+9

Mensonges : 22+18

Assertions : 11+8

Victimisations : 3+1

Dénigrements: 4+2

Méthodologie foireuse : 6+4

Bibliographie :

ROBINS F. W., The Lamps of Ancient Egypt, The Journal of Egyptian Archaeology, 1939.

SILIOTTI, ALBERTO, HAWASS, Guide to the Pyramids of Egypt, 1997.

VITRUVE, De Architectura, X

GRIMAL Nicolas, Histoire de l’Égypte ancienne, Fayard, 1988.

DORMION Gilles, Les nouveaux mystères de la Grande Pyramide, Albin Michel, 1987, p. 31

GOLVIN Jean-Claude, Quelques grands principes de la construction pharaonique à la lumière de l’étude des échafaudages antiques égyptiens, Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1993

MARIETTE Auguste , Le Serapeum de Memphis, Gide, Paris, 1857.

GUIDOBONI Emanuela, The large earthquake of 8 August 1303 in Crete: seismic scenario and tsunami in the Mediterranean area, Journal of Seismology, 1997.

Bonani, Haas, Hawass, Lehner, Nakhla, Nolan, Wenke, Wilfli, Dates Of Old And Middle Kingdom Monuments In Egypt, Radiocarbon, vol.43, 2001.

Dee, Ramsey, Shortland, Higham, Rowland, Reanalysis of the Chronological Discrepancies Obtained by the Old and Middle Kingdom Monuments Project, Radiocarbon, vol.51, 2009.

Glen Dash, Occam’s Egyptian razor: the equinox and the alignment of the pyramids, Journal of Ancient Egyptian Architecture, vol.2, 2017

Détail des tremblements de terre en Egypte.

Critique de la vidéo sur le Sérapeum de R&AW par Irna.

Divers outils et méthodes d’artisanat et de transport en Égypte ancienne (lien en russe/anglais) 

Divers outils et méthodes d’artisanat et de transport en Égypte ancienne 2 (lien en anglais)

Discussion sur les moyens de trouver le nord en Egypte antique.

5 réflexions au sujet de « Bâtisseurs de l’Ancien Monde, épisode V »

  1. Un petit commentaire pour toi, Le Sapeur, merci de consacrer du temps à déconstruire cette merde de « reportage », qui plus est, c’est très plaisant à lire.
    Bisous d’amour !
    Laurent

    J'aime

Répondre à Le Sapeur Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s