Débunk Express, épisode II

Dans le futur post-apocalyptique qui s’annonce, il faudra trouver des moyens de subsister dans un monde ravagé par le coronavirus, le manque de papier-toilette et Cyril Hanouna.

Chaque ressource deviendra précieuse, ce qui me fait dire que ce jour-là, les pyramidiots seront les rois du monde, au vu de leur inégalable talent a produire une réaction cataclysmique avec trois fois rien.

Prenons un exemple plus concret pour ce deuxième Débunk Express: vous vous souvenez d’Antoine Gigal ?

G1V.jpg

La « chercheuse » et « auteur en égyptologie » qui a surtout fait l’essentiel de sa carrière dans des groupes d’ufologie, et qui rajoute régulièrement son rocher à la montagne d’imbécillités prétentieuses que promène la pseudo-archéologie sur internet.

J’en avais déjà parlé il y a quelques temps, et il se trouve que j’avais alors survolé l’affaire qui a le plus fait parler d’elle ces dernières années, à savoir la vidéo « Un voile se lève sur les datations archéologiques en Egypte« , qu’elle avait publié fin février 2018. 

D’une durée de 17 minutes et 45 secondes, probablement les plus longues de votre vie, elle consiste en de pseudo-révélations qui aurait pu tenir en deux phrases à tout casser, et qui rapportent les propos d’un certain Khaled Saad, archéologue égyptien préhistorien et directeur du département associé au ministère des Antiquités Égyptiennes.

Ledit Mr. Saad était passé à la télé égyptienne quelques jours avant, pour présenter les dernières découvertes effectuées dans le désert du Sinaï.

Et selon Antoine Gigal, donc, « c’est extrêmement important« , et d’ailleurs « cette annonce fracassante marque le tournant des positions officielles égyptiennes« , et même que « pour la première fois de l’histoire l’Egypte prend position » : il aurait d’une part découvert un site archéologique doté d’habitations remontant à 15 000 ans; et d’autre part il aurait répertorié plus de trois cent sites de 150 000 à 500 000 ans.

Ce qui serait donc incroyablement stupéfiant car, du coup, la civilisation égyptienne serait deux fois plus vieille que ce que l’on pensait! Et voilà.

Donc, qu’est-ce que ça dit ? 

Ça dit que, ben, que c’est COMPLÈTEMENT DINGUE QUOI, VOUS VOUS RENDEZ COMPTE 15 000 MILLIARDS D’ANNÉES, MAIS COMMENT C’EST OUF C’EST SUPER VIEUX!!! ALORS QUE LES MÉCHANTS ÉGYPTOLOGUES ILS DISENT QUE C’EST PAS AUSSI VIEUX! En plus ils ont manifesté leur opposition face à ce mec dans les congrès où il est passé, et vous savez bien qu’en pseudo-archéologie, la règle universelle, c’est que quand on vous dit que vous faites n’importe quoi, ça veut dire que vous faites tout correctement!

hlr6rltkhec31.jpg

Donc une ville, que dis-je, une civilisation (carrément!) datée de 15 000 ans ; ce qui sert à sous-entendre deux choses : 1/ que c’est une preuve de l’existence des civilisations-de-bâtisseurs-avancés-disparues-gnagnagna, et 2/ que les égyptologues font partie du Complot™ et qu’on nous cache tout, puisque personne n’a repris la nouvelle et qu’il n’a pas été unanimement approuvé par la communauté scientifique mondiale.

Et du coup, qu’est-ce qui ne va pas là-dedans ? 

Déjà, la vidéo est très volontairement alarmiste au possible avec un tournage de nuit (« olala je suis fatiguée mais faut que je vous dise la véritude« ), un ton ridiculement dramatique et des adjectifs ronflants pour maximiser les effets de manche de cette soit-disant révélation ; révélation qui n’a été colportée uniquement que par des sites de pseudo-archéologie (vérifiez vous-mêmes), ce qui confirme bien que tout le monde s’en branle dans le milieu scientifique et les médias en général, donc question bouleversement, c’est râpé.

Ensuite, et c’est une habitude avec ces gens-là, mais la vidéo est ultra FLOUE. Vous avez pu le constater si vous avez eu le courage de vous farcir ces 18 minutes : elle ne donne aucun nom en dehors de celui de Mr. Khaled Saad, aucune référence bibliographique, aucune publication, très peu de détails en-dehors de quelques informations basiques sur les nawamis, les habitations en pierre qui constitue le site de 15 000 ans. D’ailleurs, elle ne consent à donner le nom même de ce site que dans la description de sa vidéo; et on n’a aucune idée de ce que sont les 300 autres sites remontant jusqu’à 500 000 ans.

Et surtout, l’ensemble de cette vidéo ment par omission en présentant cette découverte comme révolutionnaire et explosive, alors qu’elle ne l’est absolument pas: comme on va le voir plus bas, la préhistoire égyptienne n’a strictement rien d’une découverte récente, ça fait très longtemps que l’on connaît et que l’on fouille des sites aussi vieux que celui-là.

Mais le pire, c’est que l’interview originelle du Dr. Saad n’était elle-même visiblement pas aussi frénétique et dramatique. Je ne parle pas arabe, donc je ne peux vous garantir l’exactitude parfaite de cette traduction, mais si on s’y fie :

… on peut voir qu’il est en train d’expliquer les grandes lignes de la préhistoire de son pays à la présentatrice, et pas de faire des révélations explosives sur une ancienne civilisation qui renverse toutes les connaissances préétablies.

Alors, qu’est-ce qu’en dit réellement la recherche scientifique?

Elle en dit que les pyramidiots ont encore une fois 50 ans de retard sur la recherche. Difficile d’examiner le cas des « 300 sites de 500 000 ans!! » vu qu’elle n’en connaît même pas le nom; mais en ce qui concerne les nawamis, il s’agit de constructions relativement modestes en pierre brute, d’environ deux mètres de haut et édifiées durant la période prédynastique égyptienne, aux alentours du tournant du Ve et IVe millénaires avant J.-C.


C’est d’ailleurs précisément ce que dit Khaled Saad dans l’interview ; pas un seul instant il n’affirme que ces bicoques ont 15 000 ans! Et d’ailleurs, appeler ça « une ville de civilisation » comme le fait Gigal, c’est ce qui s’appelle exagérer à mort, d’autant plus que la notion de civilisation et de ville ont des définitions précises en archéologie, définitions qu’elle n’a visiblement pas l’air de connaître. Bref, ces nawamis n’ont rien de neuf.

Ils se répartissent dans tout le Proche-Orient et ne sont pas des habitations permanentes mais des structures destinées à être occupées périodiquement au rythme des déplacement des populations d’alors, qui étaient nomades ou semi-nomades. On les fouilles depuis des décennies : sur ce rapport de l’IFAO daté de 1998, vous avez le compte-rendu d’une fouille alors récente et réalisée sur le site d’Ayn Fogeya, dans le Sinaï.

Et même si on ne prend en compte que ces sites datés de 15 000 à 500 000 ans, la révélation explose en vol, là aussi: à Qurta, en Haute-Égypte, on fouille depuis le milieu des années 2000 un site où se trouvent des gravures rupestres qui sont datées de 12 à 15 000 ans.

Mais il y a évidemment beaucoup plus vieux, comme vous pouvez le voir ici où l’on mentionne notamment le site d’Arkin 8 près de Wadi Halfa (aujourd’hui, à la frontière égypto-soudanaise), qui remonte à plus de 100 000 ans.

Donc rien de bouleversant, vous l’aurez compris: Antoine Gigal et ses groupies n’ont fait que redécouvrir la préhistoire égyptienne.

Je ne sais pas si c’est touchant de naïveté ou consternant de bêtise, ou les deux, je vous laisse juges.

 

Rejoignez le Complot sur Facebook!

Ou même ici: @LeeSapeur

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s